Sports

Guillaume Gfeller quitte les compétitions de patinage 0

Ronald Mc Gregor
Guillaume Gfeller lors de sa performance, avec sa compagne sportive Andrea Chong, le 4 avril dernier au CSCR.

Guillaume Gfeller lors de sa performance, avec sa compagne sportive Andrea Chong, le 4 avril dernier au CSCR.

«Ça m'a pris sept ans pour compléter mon diplôme de quatre ans, lance le patineur de Nominingue, fils du docteur du même nom. Je vais maintenant me consacrer à mon travail et mes études. Je vais probablement rester dans le monde du patin, pour enseigner, car j'adore l'enseignement, mais je me retire des compétitions».

Il n'a pas de regret: «Je fais du patin depuis plus de 18 ans. J'ai commencé ici au CPA vers l'âge de six ans, et depuis cinq ou six ans, je fais de la compétition. Je quitte ce monde avec de super souvenirs. J'ai beaucoup appris dans ce monde». Le patineur aurait bien aimé les Olympiques, mais bon... il y était, mais pour accompagner sa copine, Joannnie Rochette.

Depuis quelques mois, avec sa compagne sur glace Andrea Chong, Guillaume a participé au Grand Prix, catégorie Ice dance, qui ont eu lieu à Kitchener en novembre dernier (voir la vidéo: www.youtube.com/watch?v=TdJ_Wz0FUwk et http://www.youtube.com/watch?v=JIJqjMcZjHY), au Canadian National Championships, catégorie Senior dance, à London, Ontario, en janvier dernier, terminant au quatrième rang. Guillaume a récemment reçu une bourse pour ses efforts au niveau des compétitions.

«Ç'a été une saison plutôt difficile, car je me suis blessé au dos l'été dernier, en juillet. On a dû retarder notre préparation. C'est le temps de l'année où l'on développe notre programme. On a perdu un bon trois semaines. Reste qu'on a été satisfait de notre performance, mais ça n'a pas donné le résultat qu'on espérait, car notre programme était plus nouveau comparé aux autres préparés plus tôt dans la saison». Guillaume ajoute qu'une prestation en Italie a aussi retardé la saison. «On a fait des choix qui ne se sont pas avérés être les bons, considérant ma blessure».

Pour Andrea, l'avenir est incertain selon Guillaume, qui ne sait toujours pas ce que la patineuse de Toronto a l'intention de faire. «Il lui faudra trouver un partenaire. C'est chose facile, mais, en trouver un qui fera l'affaire sur glace, ce n'est pas évident. Elle est en période de réflexion à savoir si elle continue ou poursuivra ses études» a conclu le patineur émérite.

Le CPA de Rivière-Rouge pourra toujours se vanter d'avoir eu avec lui un patineur remarquable pendant des années.