Tous unis pour la pérennité du parc linéaire du P'tit train du Nord

Publié le 15 octobre 2015

Il faut s'unir pour sauver la piste cyclable.

© TC MEDIA - RONALD MC GREGOR

La région des Laurentides se mobilise pour le retour du financement du Parc linéaire, la Route Verte.

À l’initiative des aubergistes qui accueillent les usagers du Parc linéaire, une rencontre a eu lieu à Nominingue, dans les Hautes-Laurentides, pour discuter des enjeux reliés aux coupures imposées par le gouvernement du Québec concernant le Programme d’entretien de la Route Verte, qui touche particulièrement le Parc linéaire « Le P’tit Train du Nord ». Les Aubergistes et gens d’affaires se sont mobilisés puisque le Parc linéaire a un impact vital sur leurs activités. La piste est reconnue et prisée des clientèles locales, nationales et internationales et génère des retombées économiques de plusieurs dizaines de millions de dollars dans les Laurentides chaque année. Si le gouvernement maintient sa position de couper le financement, plusieurs d’entre eux devront tout simplement fermer boutique. L’inquiétude est grande dans les Laurentides.

La rencontre du 13 octobre a réussi à réunir tant les aubergistes que des représentants d’organismes touristiques, des gens d’affaires et des élus du niveau municipal et provincial. Le mot d’ordre de la soixantaine de participants provenant de Blainville jusqu’à Mont-Laurier est clair : des actions concrètes doivent être posées pour convaincre le gouvernement de revoir sa décision.

Rappelons qu’une entente a été signée entre le Ministère des Transports du Québec (MTQ) et les MRC des Laurentides en 1994 afin de permettre le développement de cette ancienne voie ferrée. Le MTQ demeure propriétaire, mais les MRC en assurent la gestion. Jusqu’à l’année dernière, un financement de 1500 $/km était assumé par le gouvernement, même si les demandes étaient plutôt de l’ordre de 5000$/km. Aujourd’hui, le financement est complètement disparu, ce qui est incompréhensible et inacceptable.

Au niveau du Québec, le programme investissait 2,8 millions $, pour en rapporter plus de 30 millions en TVQ, selon les données de Vélo Québec. Avec 1,1 million d’utilisateurs en 2014 uniquement pour le P’tit Train du Nord, les retombées économiques sont incontestables.

L’abolition de la contribution annuelle de 327,000$ du gouvernement met en péril le Parc linéaire, une des plus beaux joyaux du tourisme au Québec, et entraine en une perte nette pour le gouvernement du Québec et l'ensemble des communautés. Seulement à Nominingue, selon M. Guy Bédard, propriétaire du ProvincialArt, entre 50 et 60 emplois seraient directement reliés au P’tit Train du Nord. Comme le parc traverse 26 municipalités des Laurentides, les impacts de cette coupure, à très court terme, sont très importants pour la vitalité économique des petites municipalités des Laurentides.

Les préfètes et préfets des Laurentides se sont engagés à adopter une résolution pour demander au gouvernement de rétablir le financement du P’tit Train du Nord. De plus, ils vont solliciter des rencontres avec M. Robert Poeti, ministre des Transports et Mme Christine St-Pierre, ministre responsable de la région des Laurentides, pour discuter de ces enjeux. Les municipalités vont être sollicitées elles aussi pour adopter une résolution pour demander de rétablir le financement. Le message des aubergistes est clair et doit être entendu afin que le gouvernement comprenne l’impact des coupures sur la vitalité économique et le maintien d’emplois dans la région des Laurentides.

En manchette

Les soins intensifs fermés du 22 au 28 juin

Le 22 juin, le CISSS des Laurentides a publié un communiqué annonçant la fermeture de l’unité des soins intensifs à l’hôpital de Rivière-Rouge pour près d’une semaine.

Tous unis pour la pérennité du parc linéaire du P'tit train du Nord

Publié le 15 octobre 2015

Il faut s'unir pour sauver la piste cyclable.

© TC MEDIA - RONALD MC GREGOR


La région des Laurentides se mobilise pour le retour du financement du Parc linéaire, la Route Verte.

À l’initiative des aubergistes qui accueillent les usagers du Parc linéaire, une rencontre a eu lieu à Nominingue, dans les Hautes-Laurentides, pour discuter des enjeux reliés aux coupures imposées par le gouvernement du Québec concernant le Programme d’entretien de la Route Verte, qui touche particulièrement le Parc linéaire « Le P’tit Train du Nord ». Les Aubergistes et gens d’affaires se sont mobilisés puisque le Parc linéaire a un impact vital sur leurs activités. La piste est reconnue et prisée des clientèles locales, nationales et internationales et génère des retombées économiques de plusieurs dizaines de millions de dollars dans les Laurentides chaque année. Si le gouvernement maintient sa position de couper le financement, plusieurs d’entre eux devront tout simplement fermer boutique. L’inquiétude est grande dans les Laurentides.

La rencontre du 13 octobre a réussi à réunir tant les aubergistes que des représentants d’organismes touristiques, des gens d’affaires et des élus du niveau municipal et provincial. Le mot d’ordre de la soixantaine de participants provenant de Blainville jusqu’à Mont-Laurier est clair : des actions concrètes doivent être posées pour convaincre le gouvernement de revoir sa décision.

Rappelons qu’une entente a été signée entre le Ministère des Transports du Québec (MTQ) et les MRC des Laurentides en 1994 afin de permettre le développement de cette ancienne voie ferrée. Le MTQ demeure propriétaire, mais les MRC en assurent la gestion. Jusqu’à l’année dernière, un financement de 1500 $/km était assumé par le gouvernement, même si les demandes étaient plutôt de l’ordre de 5000$/km. Aujourd’hui, le financement est complètement disparu, ce qui est incompréhensible et inacceptable.

Au niveau du Québec, le programme investissait 2,8 millions $, pour en rapporter plus de 30 millions en TVQ, selon les données de Vélo Québec. Avec 1,1 million d’utilisateurs en 2014 uniquement pour le P’tit Train du Nord, les retombées économiques sont incontestables.

L’abolition de la contribution annuelle de 327,000$ du gouvernement met en péril le Parc linéaire, une des plus beaux joyaux du tourisme au Québec, et entraine en une perte nette pour le gouvernement du Québec et l'ensemble des communautés. Seulement à Nominingue, selon M. Guy Bédard, propriétaire du ProvincialArt, entre 50 et 60 emplois seraient directement reliés au P’tit Train du Nord. Comme le parc traverse 26 municipalités des Laurentides, les impacts de cette coupure, à très court terme, sont très importants pour la vitalité économique des petites municipalités des Laurentides.

Les préfètes et préfets des Laurentides se sont engagés à adopter une résolution pour demander au gouvernement de rétablir le financement du P’tit Train du Nord. De plus, ils vont solliciter des rencontres avec M. Robert Poeti, ministre des Transports et Mme Christine St-Pierre, ministre responsable de la région des Laurentides, pour discuter de ces enjeux. Les municipalités vont être sollicitées elles aussi pour adopter une résolution pour demander de rétablir le financement. Le message des aubergistes est clair et doit être entendu afin que le gouvernement comprenne l’impact des coupures sur la vitalité économique et le maintien d’emplois dans la région des Laurentides.