L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
20 décembre 2017

Figure culturelle à La Macaza

Jean Gamache s’éteint à 74 ans

Le poète Jean Gamache s’est éteint en début de soirée du 19 décembre à la suite d’une maladie pulmonaire. Il était aux soins palliatifs de l’hôpital de Rivière-Rouge depuis quelques semaines. Le poète régional, mais avant tout de La Macaza, avait 74 ans.    

Ronald Mc Gregor , journaliste

Le poète Jean Gamache n’est plus. La maladie a eu raison de lui. Mais il a gardé le moral, et même le sourire jusqu’aux derniers jours. Un sourire semblable à celui-ci croqué lors d’une lecture de poésie collective à Val-des-Lacs le 24 juillet 2010. Ce soir-là, il récita ses textes devant de grosses pointures: Claudine Bertrand, Lucien Francoeur et Louis-Philippe Hébert.
Le poète Jean Gamache n’est plus. La maladie a eu raison de lui. Mais il a gardé le moral, et même le sourire jusqu’aux derniers jours. Un sourire semblable à celui-ci croqué lors d’une lecture de poésie collective à Val-des-Lacs le 24 juillet 2010. Ce soir-là, il récita ses textes devant de grosses pointures: Claudine Bertrand, Lucien Francoeur et Louis-Philippe Hébert.
© Photo Information du Nord – Ronald Mc Gregor

Jean Gamache est né à Trois-Pistoles le 15 mars 1943. « Dans mon patelin, c’étaient la religion et la politique qui menaient tout, même la culture, imagine. » Il arrive à Montréal en 1962, où il suit un cours d’infirmier auxiliaire à l’hôpital Hôtel-Dieu. Jusqu’en 1973, il y travaillera avant de s’installer dans les Laurentides, plus précisément à La Macaza. Il œuvra au CLSC de L’Annonciation et dans les hôpitaux jusqu’à sa retraite en 1998.

L’homme était autodidacte, assoiffé de connaissance, surtout pour les arts en général, mais notamment la poésie et le cinéma. La musique française était aussi son fort. « Plus jeune, j’ai quand même su rencontrer les bonnes personnes qui m’ont fait faire des pas », citant entre autres quelques enseignants et des artistes comme Félix Leclerc et les grands de la chanson. D’ailleurs, il sera pendant plus de 30 ans, choriste au sein de la chorale Harmonie de la vallée de la Rouge. Soulignons aussi qu’il a fait du théâtre, de la photographie et de la vidéo.

Jean Gamache était pendant longtemps l’homme de tous les lancements culturels et l’on sait qu’il possédait une importante somme de livres dans sa maison, la plus vieille de La Macaza, à l’intersection du chemin de l’Aéroport et du rang Double/des Côtes. Qui n’a pas vu Jean saluer tous ceux qui s’arrêtaient « au coin », laissant de côté son livre pendant quelques secondes ?

Partage et amour des gens

Rencontré alors qu’il est sur son lit d’hôpital, il a beaucoup jasé, soulignant sa situation et tenant à partager des souvenirs avant qu’ils ne s’effacent. Il revient sur certains moments importants de sa vie, pendant une grosse heure. La poésie a beaucoup de place, comme la culture, au chevet du grand voyage. Il avait d’ailleurs distribué de ces poèmes autographes à des proches et des amis et il recevait énormément de visite aux soins palliatifs. « Je ne savais pas que j’étais si populaire », lance celui qui était bien humble.

On pourrait dire des pléthores de choses intéressantes à propos de Jean Gamache, mais l’espace manque. Quand même, il tenait à dire un mot avant son départ: « Merci à tous ceux que j’ai croisés dans ma vie. J’ai toujours appris avec les gens, à chaque rencontre. Ce fut important pour moi, mais c’est à ma famille, à mes enfants que je dois le plus, du bel amour, et qui vont me manquer sans bon sens » de conclure définitivement le poète Jean Gamache.    

Partager:

Ronald Mc Gregor , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer