Sections

Sylvain Pagé en faveur d'un distributeur différent de la SAQ

Dossier cannabis


Publié le 7 septembre 2017

Le député Sylvain Pagé fera part de ses recommandations au Congrès du PQ ce weekend.

©Photo Archives

Sylvain Pagé a tenu à dissiper toute confusion qu’aurait pu créer un article paru dans un quotidien montréalais ce jeudi 7 septembre : il n’a jamais déclaré de prise de position qui s’opposait à celle citée dans le document Le chemin des victoires : proposition principale vers le XVIIe congrès national du Parti québécois, congrès tenu ce week-end à Montréal.

Joint au téléphone par L’Information du Nord alors qu’il se trouvait à Montréal en pleine tournée de consultation, le député de Labelle et porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé publique a nié que le Parti Québécois avait modifié sa proposition principale quant au mécanisme de distribution du cannabis au Québec une fois légalisée.  

Un mauvais message

« La nuance est importante. C’est plutôt moi qui me suis ravisé, parce que ma perception des choses a évolué depuis le début de la tournée. J’ai dit (hier, 6 septembre) que je comptais proposer à mes collègues et aux instances du parti une modification au contenu de notre proposition principale qui devra être adoptée au cours du weekend (du 8 au 10 septembre) », précise-t-il. « Le programme prévoit déjà qu’on voudrait donner le mandat à la Société des alcools du Québec (SAQ) - une société d’état – pour bien contrôler la vente du cannabis  (une fois cette substance légalisée par Ottawa le ou avant le 1er juillet 2018). Au fil des consultations que nous avons faites, il se dégage un consensus très large que ce mandat soit confié à une société d’État certes, mais pas nécessairement à la SAQ. Ce n’est peut-être pas envoyer un bon message que le cannabis soit disponible au même endroit que la SAQ. Aussi ai-je dit hier (6 septembre) qu’il serait peut-être préférable de désigner un point de vente différent (de celui de la SAQ), mais toujours relevant d’une société d’État. »

Comme en Californie

Ayant pris bonne note des observations accueillies durant sa consultation, le député Pagé ajoute qu’il serait souhaitable que cette société d’État indépendante ne relève pas du Ministre des finances  qui à chaque année donne des obligations de rendement à la SAQ, politique à la base des « spéciaux » et des promotions ponctuelles de vins et de spiritueux à la SAQ.

« Nous, on dit qu’on ne veut pas de promotion, ni de marketing, ni de publicité (pour mousser la vente du cannabis) », reprend le député de Labelle. « Il serait plutôt de mise que la société d’État chargée du contrôle dans la distribution du cannabis relève du Ministre de la santé publique. Tous les profits iraient en santé publique, en prévention, aux saines habitudes de vie. On pourrait même imaginer – comme cela se fait en Californie où 20% des profits (de la vente du cannabis) sont versés aux municipalités -qu’une partie des profits aillent aux municipalités qui, elles, seront-elles aussi aux prises les exigences d’un contrôle adéquat de la distribution du cannabis dans le respect des lois. »