L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:

Pour le projet d’usine de compostage évalué à 4,7 M$

Québec soutient la RIDR avec près de 1,5 M$

La ministre responsable de la région des Laurentides, Christine Saint-Pierre, était à la Régie intermunicipale des déchets de la Rouge (RIDR) le 14 mai pour annoncer une aide financière de son gouvernement à la hauteur de 1 460 361$.

Ronald Mc Gregor , journaliste

Les élus, ainsi que des personnes reliées de près au nouveau projet du Complexe environnemental de la Rouge (RIDR), pour la levée de terre: Maurice Plouffe (maire de La Conception), Chistine Saint-Pierre (ministre responsable de la région des Laurentides), Gilbert Pilote (préfet de la MRC d’Antoine-Labelle), Gilbert Brassard (ancien président de la RIDR), Robert Bergeron (actuel président de la RIDR), Sylvain Pagé (député de Labelle), Denis Charette (maire de Rivière-Rouge), Francine Asselin-Bélisle (mairesse de Lac-Saguay), Chantal Thérien (conseillère municipale de Nominingue), Marc Forget (directeur Complexe environnemental de la Rouge), Pascal De Bellefeuille (conseiller municipal et promaire de Mont-Tremblant) et le député fédéral David Graham.
Les élus, ainsi que des personnes reliées de près au nouveau projet du Complexe environnemental de la Rouge (RIDR), pour la levée de terre: Maurice Plouffe (maire de La Conception), Chistine Saint-Pierre (ministre responsable de la région des Laurentides), Gilbert Pilote (préfet de la MRC d’Antoine-Labelle), Gilbert Brassard (ancien président de la RIDR), Robert Bergeron (actuel président de la RIDR), Sylvain Pagé (député de Labelle), Denis Charette (maire de Rivière-Rouge), Francine Asselin-Bélisle (mairesse de Lac-Saguay), Chantal Thérien (conseillère municipale de Nominingue), Marc Forget (directeur Complexe environnemental de la Rouge), Pascal De Bellefeuille (conseiller municipal et promaire de Mont-Tremblant) et le député fédéral David Graham.
© Photo Information du Nord – Ronald Mc Gregor

Cette somme servira à l’aménagement de l’installation de compostage fermée sur le site de la régie ainsi que l’achat de bacs et contenants désignés aux résidences pour la collecte des matières organiques. Le tout est présenté comme un projet collectif.

Le coût total de la construction du bâtiment, déjà en cours sur ce que l’on appelle le Complexe environnemental de la Rouge, nécessite près de 4,7 M$ et verra aussi la modification de l’ancien centre de tri des matières recyclables, appartenant à la régie, adjacent à la nouvelle construction. 

3 500 tonnes de matières

L’usine de compostage, dont l’ouverture est prévue pour l’automne prochain, emploiera une personne de plus sur les 14 déjà au complexe et possèdera des aires de réception et de conditionnement des intrants, aire de compostage ainsi qu’un système de ventilation.

Les résidus organiques triés à la source de provenance résidentielle et des industries, commerces et institutions, ainsi que des résidus verts en vrac apportés aux écocentres de la région seront traités et l’on prévoit près de 3 500 tonnes de matières organiques chaque année. On parle de valorisation, et non d’enfouissement. «Le projet permettra donc des réductions d’émissions de gaz à effet de serre de l’ordre de 500 tonnes de CO2 par année, soit l’équivalent du retrait de plus de 140 voitures des routes du Québec», remarque la ministre Saint-Pierre. 

Projet de longue haleine

Le député de Labelle, Sylvain Pagé, a souligné l’effort à long terme déployé par les maires des MRC participantes (Antoine-Labelle, Laurentides et Pays-d’en-Haut) en près de huit ans pour la concrétisation du projet, tout en accentuant le rôle déterminant entre 2009 et 2017 de l’ancien président de la RIDR, Gilbert Brassard. Ce dernier a confié au journal qu’il était heureux de voir enfin le projet prendre forme. 

L’actuel président du complexe et maire de Labelle, Robert Bergeron, a mentionné quelques apports positifs de la nouvelle installation. «Nous diminuerons les nuisances comme les odeurs, les animaux indésirables et nous contribuerons à soulager le traitement de l’eau de lixiviat qui est ensuite retourné dans l’environnement.»

Soulignons la présence d’élus de la MRC d’Antoine-Labelle et des Laurentides, le député fédéral David Graham, ainsi que des membres du syndicat des travailleurs de la RIDR.

Partager:

Ronald Mc Gregor , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer