L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
15 mai 2018

Lutte contre la fausse facturation

Les camionneurs affiliés à l’ANCAI manifestent

Une quinzaine de camionneurs de la région, affiliés à l’ANCAI, ont manifesté, hier matin, au Centre de service du ministère des Transports à Mont-Tremblant.

Daniel Deslauriers , journaliste

Une quinzaine de camionneurs ont manifesté devant le Centre de service du ministère des Transports à Mont-Tremblant.
Une quinzaine de camionneurs ont manifesté devant le Centre de service du ministère des Transports à Mont-Tremblant.
© Photo gracieuseté

Ils ont permis aux travailleurs du ministère d’entrer au centre de service, mais ont empêché la sortie des camions. Les camionneurs ont voulu ainsi condamner l’inaction du ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports qui n’a pris aucune mesure concrète, selon eux, pour empêcher la fausse facturation dans le transport en vrac dans les marchés publics, et ce, malgré les recommandations de resserrement des règles apparaissant au rapport de la Commission Charbonneau paru en 2015.

Fausse facturation

« Il est injustifiable et inacceptable que, depuis 2012, le ministère ait même autorisé la présence de camionneurs régis dans les propres chantiers, ce qui ouvre la porte à la fausse facturation », dénonce Jean Lefebvre, agent d’affaires du Poste de camionnage en vrac, Région 06.

Lors du congrès annuel de l’Association nationale des camionneurs artisans tenu à La Malbaie, les camionneurs avaient décidé de lutter contre la fausse facturation et la corruption dans le camionnage, ce qui explique la manifestation d’hier matin. « D’autres moyens de pression pourraient être mis en place si le ministère ne réagit pas », promet M. Lefebvre.

« Ce n’est pas d’hier que le problème existe », confirme le porte-parole du Poste de camionnage en vrac, Région 6. « En 2016, nous avons tenu une première manifestation. Depuis, les choses n’ont pas beaucoup bougé. La situation au ministère n’est plus tolérable pour les camionneurs qui sont régis par la Commission des transports du Québec. »

Pas de retour en arrière

Le ministre des Transports, André Fortin, a indiqué toutefois aux médias qu’il n’avait pas l’intention de revenir sur la décision de son ministère de ne pas faire affaire exclusivement avec des camionneurs régis par la Commission des transports sur les chantiers.

Québec veut s’assurer ainsi que le nombre de camions disponibles puisse répondre à la demande des chantiers et qu’ils puissent progresser le plus rapidement possible.

Partager:

Daniel Deslauriers , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer