L'Information du Nord 819 425-8658  

Partager:
2 juin 2018

Lancement de campagne

Le CISSS des Laurentides exhorte la population à donner plus près de chez soi

On ne le dira jamais assez, donner localement aide les plus près de nous. C’est un peu le fond du message lancé par le CISSS des Laurentides qui convoite la population à verser des dons à sa fondation d’hôpital local.

Ronald Mc Gregor , journaliste

Quelques représentants de fondations unies au CISSS des Laurentides lors de l’annonce de la campagne « Pour notre santé et notre bien-être, je donne localement » démarrée à Rivière-Rouge: Martine Landry, Fondation CHDl-CRHV de Rivière-Rouge, Michelle Meilleur, présidente de la Fondation de l’hôpital de Mont-Laurier, Jean-François Foisy, président-directeur général du CISSS des Laurentides, Chantale Fortin, directrice générale de la Fondation de l’hôpital régional de Saint-Jérôme et Daniel Desjardins, directeur général de la Fondation médicale des Laurentides et des Pays-d’en-Haut.
Quelques représentants de fondations unies au CISSS des Laurentides lors de l’annonce de la campagne « Pour notre santé et notre bien-être, je donne localement » démarrée à Rivière-Rouge: Martine Landry, Fondation CHDl-CRHV de Rivière-Rouge, Michelle Meilleur, présidente de la Fondation de l’hôpital de Mont-Laurier, Jean-François Foisy, président-directeur général du CISSS des Laurentides, Chantale Fortin, directrice générale de la Fondation de l’hôpital régional de Saint-Jérôme et Daniel Desjardins, directeur général de la Fondation médicale des Laurentides et des Pays-d’en-Haut.
© Photo Information du Nord – Ronald Mc Gregor

Le lancement de cette campagne à Rivière-Rouge, Saint-Jérôme et Saint-Eustache le 30 mai fait avant tout la promotion collective de l’apport des fondations qui soutiennent les hôpitaux et autres institutions de santé.

Le président-directeur général (PDG) du CISSS, Jean-François Foisy,a fait l’éloge des organismes en question.Puis, les présidents des fondations présentes ont exposébrièvement leur historique et leurs faits accomplis.

«Cette campagne veut renforcir la visibilité des fondations et permettre aux citoyens de comprendre le rôle majeur qu’elles jouent du point de vue de l’amélioration des services offerts», a déclaréJean-François Foisy. Au CISSS des Laurentides, on parle de 80 installations, du CLSC aux centres de jeunes.

Sans elles, rien de facile

«C’est un défi que l’on ne pourrait pas relever si l’on n’avait pas l’appui de nos 16 fondations, ça, c’est clair », déclare M. Foisy. Il poursuit en ajoutantque les dons versés à des campagnes de type «Enfants soleil» c’est bien, mais qu’il n’y a jamais une aide plus importante que celle versée à sa fondation locale.

Avec l’année fiscale qui vient de se terminer, le PDG affirme que plus de 3 M$ des fondations ont été versés au CISSS pour divers projets. «C’est grâce à nos fondations si nos médecins, nos professionnels bénéficient des meilleures technologies. Nos équipes psychosociales peuvent continuer les activités complémentaires aux services de base que l’on offre, des activités qui ont un impact sur la collectivité.»

Jean-François Foisy n’oublie pas les aînés dans les CHSLD et mentionne l’apport des fondations envers ces personnes par les nombreuses activités et l’amélioration de leur qualité de vie.

Les fondations: miroir d’une communauté?

«Les gens se retrouvent avec leur fondation locale et il faut que ça continue comme ça pour que dans chaque communauté,on trouve des services qui se comparent à ce qui se fait de mieux»,reprend le PDG. Tout le monde est invitéà donner. « On souhaite favoriser l’implication des citoyens, des élus, des gens d’affaires. Au sein des différentes fondations, croyez-moi, tout le monde trouve chaussure à son pied », explique M. Foisy.

Les fondations se consacrent notamment au rehaussement du matériel de haute technologie, d’autres à l’achat de services pour la réadaptation, pour la jeunesse, d’autres pour l’amélioration de la qualité de vie de la clientèle des CHSLD ou encore des services auprès des jeunes et des handicapés intellectuels. 

«Comme les chambres de commerce demandent aux gens de consommer localement, on demande aux gens de donner plus local », conclut le président-directeur général du CISSS des Laurentides.

Partager:

Ronald Mc Gregor , journaliste

  • Courriel

À ne pas manquer