Sections

Nicolas Gémus en route vers le Festival de la chanson de Grandy

Une carrière en mouvement perpétuel


Publié le 10 juin 2017

Nicolas Gémus de Rivière-Rouge, finaliste de l’École Nationale de la Chanson de Granby, cuvée 2016, sur une scène des Francofolies et maintenant demi-finaliste au Festival de la chanson de Grandby. Rien ne l’arrête.

© Catherine Vallières

Nicolas Gémus, l’auteur-compositeur et interprète originaire de la Rouge et des Îles-de-la-Madeleine, s’en va à Grandy en août pour la demi-finale.

Sa candidature a été retenue parmi des centaines d’autres. Concrètement, l’un des 24 concurrents retenus. Ça prouve que l’on a compris. Beaucoup sont passés par là, toutes catégories confondues : Jean Leloup, Lynda Lemay, Luc de Larochellière, Isabelle Boulay, Steve Dumas, Pierre Lapointe, Lisa Leblanc, etc.

Alors ça fait quoi de suivre cette grosse taille ?

«C’est une belle étape dans mon parcours» partage humblement Nicolas. «Une belle visibilité et une occasion importante. Je vais de l’avant.»

L’an dernier, il était à l’École nationale de la chanson. C’est terminé et il a appris. Il a profité d’une année pour peaufiner ses chansons avec son producteur Stéphane Rancourt.

«Et je me suis inscrit au festival de Grandby en présentant trois de mes compositions et j’ai fait les auditions, guitare et voix, et l’on m’a sélectionné pour la demi-finale.»

À cette audition, Nicolas était face à deux juges (sur cinq) qui à la suite s’unissaient pour visionner la performance et juger les textes. Ce comité a arrêté son choix.

«J’ai eu la réponse il y a quelque temps, mais je ne pouvais rien dire avant la conférence de presse tenue le 6 juin. Je suis très encouragé, surtout que c’est la première année que je fais les auditions.»

Il y a de la pression d’être demi-finaliste ? «Non pas vraiment. Techniquement, tu peux te reprendre dans une autre édition si tu n’es pas lauréat d’un prix. De toute façon, je suis content de la visibilité qu’apporte le festival. Je n’aborde pas ça comme un modèle compétitif.»

Télévision et radio

Sa chanson Bunker de tes bras tourne maintenant en vidéoclip à Musique Plus et tourne dans des radios des grands centres. Il faut donc prévoir que les petits marchés vont suivre.

Côté spectacles, Nicolas Gémus se donne l’été pour en faire un ou deux, mais il consacrera beaucoup de son temps sur son premier album produit par Stéphane Rancourt.

Il déménagera à Québec pour un an ou deux ajoute-t-il, question de monter un groupe, faire encore plus de spectacles à l’automne.

D’ici là, Nicolas et son équipe, dont le gérant Simon Savard de La Macaza, se pencheront sur la prochaine chanson à pousser dans les radios.

Voyez Bunker de tes bras sur YouTube : http://bit.ly/2rRcyxc