Sections

La chasse au dindon sauvage connait un succès croissant

Données 2017 publiées


Publié le 16 juin 2017

Le dindon sauvage est de plus en plus présent sur notre territoire québécois et de plus en plus chassé.

© Peter Wey

De plus en plus visible sur le territoire de la Rouge, le dindon sauvage fait maintenant plaisir aux chasseurs de plus en plus nombreux ici comme partout au Québec.

En fait, la récolte de dindons sauvages a connu une hausse de 29% au Québec de la chasse printanière 2017. La vente de permis a aussi connu une hausse remarquable avec 16 565.

Depuis l’instauration de la première chasse régulière et dite spécifique du dindon en 2008, le succès ne se dément pas et la croissance est constante.

Selon le communiqué du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs émis à ce sujet, des données disponibles à ce jour, «la récolte 2017 totalise 7565 dindons sauvages, soit une récolte supérieure de 29% par rapport à celle de 2016. Il s’agit d’un nouveau record de récolte depuis la mise en place de cette chasse. De plus, le taux de succès pour les chasseurs au Québec s’élève à 34% pour la récolte d’un premier dindon, ce qui représente un des plus élevés dans le nord‑est de l’Amérique.»

On relève qu’en 2017, 1972 chasseurs ont récolté un deuxième dindon à barbe dans les régions où c’est permis.

Il faut souligner que la chasse au dindon sauvage n’est pas aussi populaire qu’à certains endroits, mais c’est une question de temps avant que le vent tourne.

On peut consulter le tableau complet des statistiques de récolte de la chasse au dindon sauvage pour la saison 2017 au bit.ly/2sGYx8h.

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs a envoyé par la poste ou par courriel un sondage aux chasseurs. Il a pour but de recueillir leurs observations sur le terrain, des informations sur leur récolte et leur degré de satisfaction quant à leur saison de chasse 2017. Les chasseurs doivent le remplir d’ici le 30 juin prochain. Ces données seront compilées et permettront au Ministère d’élaborer des indicateurs afin de suivre de façon dynamique l’évolution des populations de dindons sauvages au Québec.